jeudi 22 août 2013

Test pigments pros

Face à la nouvelle réglementation européenne en matière de fabrication/vente de cosmétiques, et parce que je ne vais plus tarder à passer officiellement savonnière professionnelle, j'ai du abandonner mes chers ocres au profit d'autres pigments minéraux (les fabricants d'ocres ne possédant généralement pas l'ensemble des pièces nécessaire à la constitution des dossiers cosmétiques).

Face à un pouvoir colorant qui m'a semblé plus important qu'avec mes anciens pigments j'ai réalisé quelques tests de dosage avant de passer à la fabrication de ma gamme.

Pigments vert (CI74260) / bleu (CI74160) :



Pigments jaune (CI11680) / rouge (CI 15850:1) :



Pigments noir (CI77499) / violet (CI77007) :


Pour ce test j'ai coloré mes savons avec 0,3% de pigment (par rapport au poids des huiles) en les diluant préalablement dans un peu d'eau.
Cela semble être le dosage maximum ici (sauf pour le pigment violet qui peut être encore accentué), soit un dosage effectivement bien moindre qu'avec des ocres et autres terres naturelles...

A l'ouverture de la savonnerie, je proposerais peut-être certains de ces pigments à la vente.

13 commentaires:

  1. Super c'est chouette ce test ! Du coup j'ai une question : lorsque tu fais valider une recette par le labo+ le responsable (medecin), peux tu ensuite changer les couleurs de tes savons ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non un pigment différent = recette différente.
      Ceci dit tu peux négocier un tarif moins cher pour juste un changement d'ingrédient avec ton toxico puisqu'il a moins de boulot à faire...

      Supprimer
  2. Super c'est chouette Alice

    Colette

    RépondreSupprimer
  3. Génial, je suis dans la démarche de faire mes avons, j'ai acheté le matériel. Un stage de 2 jours m'intéresse.
    A quand le prochain ?
    Et à propos de ocres, tu les achètes comme on les voit sue le site des ocres, en tubes et tu les mélanges tel quelle dans la préparation ?
    Irène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prochain stage je pense sur les vacances de Toussaint... Je pose les dates prochainement.
      Les ocres je les achète en poudre et les dilue dans un peu d'eau avant de les ajouter à ma pâte à savon.

      Supprimer
    2. Merci c sympa....à bientôt peut-être
      Irène

      Supprimer
  4. Les couleurs sont vraiment jolies, j'aime beaucoup le rouge :-)

    RépondreSupprimer
  5. Pourquoi utiliser ces colorants? La majorité sont à déconseiller (vert et bleu) et sont voire même toxiques (rouge et jaune). N'est-il pas possible de faire des recettes avec des colorants moins dangereux?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces pigments ne sont pas toxiques... ! Un profil toxicologique de ces pigments a été fait... Le pigment jaune que vous citez comme toxique est admis dans les emballages alimentaires par exemple...

      Les pigments synthétiques ont l’avantage de la pureté. Les terres naturelles contiennent notamment des métaux lourds.
      Donc ici le choix de quitter le naturel est justement un choix sécuritaire pour le consommateur...
      Vu les kils d'ocres et d'autres terres naturelles qui me restent, j'aurais préféré travailler avec ces colorants (qui en plus ont l'avantage de sécuriser le consommateur puisque "naturels") mais je doute d'avoir eu l'aval de mon évaluateur de sécurité des produits cosmétiques...

      Supprimer
  6. Merci pour votre réponse rapide et votre franchise. Grâce à vous j'ai fait une grande découverte aujourd'hui (les métaux lourds). Concernant la toxicité des colorants, je me fiais à la classification des ingrédients cosmétiques sur un site bien connu. Je vais en tout cas réétudier le sujet et revoir le danger potentiel des terres naturelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait il existe plusieurs grades pour un même INCI de pigment.
      Par exemple mon pigment noir est aussi appelé E172 et est utilisable en alimentaire, c'est le plus pur des oxydes de fer noir mais ça reste un oxyde de fer (donc avec le même INCI que les oxydes de fer noir présents sur le marché alors que tous ne sont pas autorisés en alimentaire)...
      Il est donc tout à fait possible que vous puissiez trouver sur le marché des pigments avec le même INCI mais pas purs pour autant (il me reste par exemple une terre noire qui a le même INCI que mon oxyde de fer acheté récemment et qui contient probablement bcp d'impuretés, d'ailleurs elle a un pouvoir colorant moindre).
      Sachant que ces pigments ne devraient normalement pas se retrouver en cosmétique "professionnelle" aujourd'hui, le nouveau règlement cosmétique obligeant depuis juillet dernier tout fabricant à monter un dossier sécurité sur son produit qui comporte notamment une partie sur les impuretés présentes dans les matières premières ou encore sur le profil toxicologique des substances. Les documents que l'on trouve aujourd'hui sur les ocres sont souvent incomplets de ce point de vue là, difficile donc de savoir ce que l'on achète (sachant que visiblement les taux de métaux lourds sont très variables d'un gisement d'ocre à un autre...).
      Mais c'est vrai que de prime abord il parait moins "dangereux" de travailler avec des terres/ocres naturelles...
      Si vous voulez travailler en naturel, les argiles sont svt OK (quoique pas forcément pures non plus, tout dépend des fournisseurs), sinon les pigments végétaux, sachant que bcp virent au cours du temps...

      Supprimer
  7. Oui, merci pour cet exemple très intéressant. Je me rends compte à quel point c'est difficile d'avoir un avis tranché en la matière. Je pensais aussi utiliser les argiles, enfin celles qui tiennent en SAF et qui ne virent pas au marron....

    RépondreSupprimer